Galop d’essai en droit

Le galop d’essai en droit fait partie des examens qui permettent d’évaluer le niveau des étudiants en droit. Le galop d’essai que l’on appelle aussi un semi-partiel est un premier test pour apprécier les connaissances de l’étudiant qui aspire à exercer une profession juridique dans le futur.

Ainsi, les galops d’essai en droit correspondent aux examens blancs proposés en faculté de droit dont le but est de préparer les étudiants à affronter les partiels finaux qui décideront de leur admission en année supérieure. Il est à noter que même si on parle ici d’un examen blanc, il n’est pas rare que les galops d’essai en droit soient comptabilisés pour la validation d’un semestre en tant que note de TD (travaux dirigés).

Dès lors, sachez qu’il existe un galop d’essai en droit constitutionnel, en droit civil et plus largement pour toutes les matières que l’étudiant peut rencontrer au cours de son semestre de la première année de licence de droit (L1) à la dernière année de master de droit (M2).

Dans cet article, après expliqué ce que recouvre la notion de galop d’essai en droit, nous verrons ensemble quelques conseils pratiques afin que chaque futur juriste (que vous êtes peut-être) puisse réussir cet examen haut la main et sans stress.

Préparation et assiduité : La bonne formule pour réussir votre galop d’essai en droit

En fac de droit, gardez toujours à l’esprit que la préparation est votre meilleure arme face aux examens et qu’une bonne assiduité à vos cours magistraux ainsi qu’à vos cours en travaux dirigés vous évitera de bien mauvaises surprises. Dès le premier cours d’introduction au droit, il est nécessaire d’être attentif et de prendre des notes sur les notions essentielles évoquées par le professeur. 

Pourtant, valider une année universitaire n’est pas chose facile, surtout lorsque l’on sort du lycée et que l’on entre à l’université pour la première fois. Voilà pourquoi vous devez prendre toutes les mesures nécessaires, dès le début du premier semestre pour augmenter vos chances de réussite.

NB : Rassurez-vous, si vous travaillez régulièrement et que vous êtes attentif aux cours (notamment ceux qui sont publiés sur Partiels-droit.com), vous devriez y arriver 😉

Comment se préparer pour le galop d’essai en fac de droit ?

Prenez des notes de vos cours

Quand vous avez pris la décision de faire des études de droit, on vous a probablement un peu démoralisé avec le fait qu’il est nécessaire d’apprendre par cœur beaucoup de choses à travers vos cours.

Eh bien sachez que c’est un fait indéniable de la vie d’un étudiant en droit (malheureusement pour les étudiants, mais heureusement pour leurs futurs clients ou employeurs).

Toutefois, il existe des solutions assez simples pour apprendre ses cours sans pour autant être condamné à passer sa vie à la bibliothèque en vue de réussir ses galops d’essai en droit puis les partiels en fin de semestre.

Ainsi, pour ne pas paniquer et ne pas être submergé par vos émotions quand les galops d’essai arrivent à la mi-semestre, pensez dès le départ à prendre des notes en cours de droit. L’idée ici consiste à assimiler les premières notions juridiques importantes puis à réaliser des fiches de révision en droit par la suite.

De cette manière, votre esprit s’habituera progressivement aux sciences juridiques. Ensuite, les différentes terminologies du droit, les notions essentielles de la doctrine et de la jurisprudence vous deviendront de plus en plus familières. Cela facilitera votre apprentissage et vos révisions.

Faire des fiches de révision pour ses partiels et galops d’essai

Vous vous dites sans doute que vos cours vous suffisent et faire des fiches c’est un travail supplémentaire à réaliser (Le guide complet afin de faire des fiches de droit pour ses révisions se trouve ici). Sachez qu’aucun juriste, avocat, magistrat ou encore vos professeurs de droit connaissent par cœur chaque article du Code civil, du Code pénal ou de tout autre code.

Il en va de même des élèves les plus brillants avec leurs cours. Ainsi, les fiches de révision sont indispensables non seulement pour synthétiser les cours magistraux et les TDs, mais aussi pour faciliter la mémorisation des éléments essentiels à connaître pour réussir vos galops d’essai en droit.

Ainsi, en faisant des fiches de révision vous serez obligé de relire votre cours et de commencer à l’assimiler. Puis, lorsque vous allez réviser avant les examens, tout reviendra (presque) comme par magie 😉

Enfin, pour des révisions de dernières minutes, les fiches en droit sont essentielles pour se rafraîchir la mémoire avant de se retrouver face au sujet et de composer (notamment la veille des galops d’essai ou des partiels).

En quoi devez-vous être assidu ?

Les cours magistraux

L’importance du cours magistral de droit n’est sans doute plus à démontrer. En effet, les professeurs sont non seulement des spécialistes dans leur matière juridique, mais ils sont également des professionnels qui ont l’aptitude nécessaire à vous transmettre des années d’expériences, de recherches et de travail.

Ainsi, ne les négligez surtout pas, car les thèmes abordés lors des travaux dirigés sont souvent présentés en premier lieu lors des cours délivrés en amphithéâtre. De la même manière, il n’est pas rare que le professeur de CM (cours magistral de droit) donne des indications sur les sujets potentiels du galop d’essai et du partiel de droit en fin de semestre.

Par ailleurs, sachez que les travaux dirigés suivent bien souvent le plan du cours magistral, vous avez donc tout intérêt à y assister régulièrement (ou à obtenir le cours auprès d’un camarade de promo en cas d’absence).

Les travaux dirigés

Le galop d’essai en droit est une épreuve unique qui n’existe que pour les matières de spécialités, c’est-à-dire celles qui font l’objet de travaux dirigés. Ces derniers vous aideront à approfondir vos connaissances et les cours de droit que vous avez reçues lors des cours magistraux. En principe, vous avez dix séances de travaux dirigés par semestre et l’une de ces séances est réservée à vos épreuves de galop d’essai (ou de semi-partiel).

Il est également important de souligner que les notes de travaux dirigés représentent 50 % des notes du contrôle continu et que le galop d’essai en représente parfois jusqu’à 50 %.

Pour conclure sur ce point : Être régulier lors des travaux dirigés est un atout de taille pour préparer un galop d’essai en droit et plus largement pour assurer la réussite de votre année universitaire.

Méthodologie et code : Les outils incontournables pour percer lors de votre galop d’essai

Faire des études en droit requiert de chaque étudiant une bonne maîtrise de la méthodologie (notamment « la méthodologie du commentaire d’arrêt » ou de « la fiche d’arrêt » en première année) ainsi que de l’utilisation des différents codes.

Ces deux éléments sont indispensables. En effet, vous avez sans doute déjà entendu dire qu’un bon travailleur sans de bons outils n’est pas un bon travailleur. Et bien, sachez que pour les étudiants en droit comme pour les professionnels, la rigueur dans la méthodologie et l’utilisation des Codes représentent les outils nécessaires pour réaliser un bon travail.

Les textes de loi qui concernent le droit positif figurent tous dans les codes. C’est grâce aux codes comme le code du commerce en droit des sociétés que vous allez pouvoir venir prendre des informations pour composer lors du galop d’essai en droit, si celui-ci concerne l’exercice du cas pratique notamment.

C’est aussi à travers la jurisprudence et la doctrine que vous aurez consigné dans vos fiches de révision que vous pourrez étayer vos propos lors de la phase de composition à l’examen.

Pas de droit sans méthodologie

Les études de droit, comme toute autre discipline, respectent une méthodologie particulière c’est-à-dire une manière de procéder propre à la discipline. On l’appelle communément : La méthodologie juridique.

Lors d’un galop d’essai en droit qui est en principe le premier vrai test que vous avez si vous êtes en première année, il est question de juger votre aptitude à maîtriser une méthodologie définie. Il peut s’agir de la technique de dissertation juridique, de la méthodologie du cas pratique ou d’un commentaire d’arrêt.

Le point essentiel à retenir est que vous devez dès à présent vous entraîner. Comme précisé ultérieurement, rien de mieux que d’assister régulièrement aux travaux dirigés, car c’est lors de ces séances que vous apprenez les méthodes et les techniques pour chacune de ces méthodologies en droit.

Le code : Livre de chevet de l’étudiant en droit

Avant même de démarrer votre cursus universitaire, vous aviez sans doute déjà entendu parler du Code civil, du Code pénal ou encore du Code de la route. Ce que vous ne saviez peut-être pas en revanche c’est qu’ils ont une importance capitale dans la grande majorité des exercices juridiques donnés aux étudiants à la fac.

D’ailleurs, ils sont généralement autorisés lors des examens et de surcroît lors des galops d’essai. Les codes peuvent ainsi vous servir pour appuyer les principes que vous évoquez lors d’un exercice de cas pratique ou encore pour appuyer les exemples que vous proposez dans le cadre d’une dissertation juridique.

Pour assurer votre réussite au galop d’essai, révisez votre code en fonction de vos notes de cours et rapportez-vous aux corrections délivrées lors des travaux dirigés.

Si par exemple, vous avez déjà étudié le principe de la responsabilité civile lors de vos travaux dirigés, fouillez votre code et repérez l’article puis inscrivez-le sur votre fiche de révision.

Anticipation et gestion du temps de travail : La combinaison idéale pour réussir son galop d’essai en droit

Les études universitaires sont toujours sanctionnées par des examens qui permettent d’évaluer les étudiants. Ainsi, l’évaluation des étudiants en droit passe toujours par l’étape fortement redouter des galops d’essai en droit et des partiels.

Pour obtenir la moyenne (au minimum) le jour J, il faut apprendre à maîtriser son temps. Dès lors, il est conseillé de passer 1/3 de son temps à comprendre le sujet puis à réaliser un plan détaillé. Les 2/3 du temps restant seront consacrés à la rédaction et à la relecture avant de remettre la copie aux correcteurs.

Un conseil pratique : Pour réussir à gérer son temps le jour des examens, il est fortement conseillé de s’entraîner avant. Le meilleur moyen pour y parvenir c’est de faire les exercices que le chargé de TD donne aux étudiants tout en se mettant en condition d’examen. Cela veut dire mettre son téléphone en mode avion, se concentrer et se chronométrer.

Anticipation

Les modalités des galops d’essai

Le galop d’essai en droit étant un examen au même titre que les partiels, il faut s’attendre à ce que les conditions pour composer soient les mêmes. Ainsi, les épreuves juridiques peuvent durer de 1h30 à 3h.

Toutefois, il appartient à chaque université et à son représentant, le doyen de la faculté, d’établir les règles pour cet examen. Dans les faits, c’est bien souvent le professeur de CM qui donne les instructions à suivre par rapport à sa matière.

C’est pourquoi, avant même la tenue du galop d’essai, tenez-vous informé du programme du cours ainsi que de la méthodologie juridique que votre chargé de travaux dirigés ou le professeur de CM a choisi pour vous évaluer.

Se créer un réseau et s’informer

Un point crucial qui vous permettra de réussir vos études universitaires et même au-delà quand vous entrerez dans le monde professionnel est le réseautage. Si vous êtes en première année ou en deuxième année de droit, qui sont les années où on voit le taux d’échec le plus élevé, prenez le temps de discuter avec vos aînés, car ils sont les plus à même de vous donner des conseils pour réussir vos examens.

Il en va de même pour vos camarades de promotion qui vous informeront en cas d’absence ou pour travailler ensemble sur le programme. Vous pourrez échanger des astuces et réussir haut la main votre galop d’essai en droit.

Conseil pratique

Pensez à demander aux étudiants des années antérieures quels étaient les sujets des années précédentes pour les exams et s’ils peuvent vous transmettre les corrections. Les mêmes sujets ou des sujets analogues ressortent souvent …

Pour réseauter, vous pouvez utiliser les réseaux sociaux, la bibliothèque ou vous rendre en amphithéâtre par exemple. En effet, plus vous échangez, plus vous augmentez votre niveau de compréhension sur les différents sujets de droit.

Vous serez ainsi plus à même de délivrer un contenu réfléchi pour votre correcteur, car les galops d’essai représentent le bon moment pour prouver à votre chargé de travaux dirigés et/ ou à votre correcteur que vous maîtrisez la méthodologie et le thème donné à l’examen.

Et surtout, n’oubliez pas d’appliquer les conseils que ces derniers vous ont donnés lors des cours, car cela peut leur démontrer que vous avez été attentif lors des travaux dirigés.

Les réponses aux questions des visiteurs de Partiels-droit.com

Question 1 : À quel niveau d’étude passe-t-on le galop d’essai en droit ?

Que vous soyez en première année de licence de droit ou en master, vous serez confrontés à l’examen du galop d’essai en droit : peu importe donc le niveau d’études. En principe, tout étudiant en science juridique, en science politique, ou inscrite dans l’une des disciplines du droit devra passer le galop d’essai en droit pour chaque matière principale avant de composer lors des partiels finaux.

Par ailleurs, le galop d’essai en droit constitue une épreuve de mi-semestre. Autrement dit, chaque semestre, l’étudiant en droit et science politique devra faire face à un galop d’essai en droit ; soit lors des deux semestres de l’année universitaire.

Question 2 : Existe-t-il une différence entre le galop d’essai en droit et l’examen des partiels ?

La réponse à cette question est oui et non. Le galop se déroule à la mi semestre (novembre/décembre ; mars/avril) tandis que les partiels ont lieu en fin de semestre. C’est en réalité seulement dans les matières suivies de TD que sera composé le galop d’essai en droit. Or l’examen de partiel couvre autant les cours magistraux que les matières qui font l’objet de travaux dirigés.

De plus, le galop d’essai en droit est censé couvrir les notions juridiques acquises jusqu’à la moitié du semestre alors que l’examen de partiel est beaucoup plus généralistes et s’étendant sur l’ensemble de l’année académique ou du semestre entier.

Néanmoins, les conditions d’examen sont en principe les mêmes pour ces deux types d’évaluation des étudiants, car l’objectif n°1 du galop d’essai en droit consiste avant tout à mettre les étudiants en condition d’examen final pour les accompagner dans leur réussite.

Question 3 : Faut-il étudier l’intégralité des matières lors de l’épreuve du galop d’essai en droit ?

Non, il est important pour l’étudiant ou l’étudiante de délimiter la partie du cours à apprendre. Par exemple, le droit pénal est très vaste et un examen de galop d’essai en droit ne se basera pas sur tout le programme, mais seulement sur une partie du droit pénal (droit pénal général, spécial, procédure pénale, etc.). Il est donc important de bien maîtriser l’étendue du cours à apprendre pour ne pas en apprendre moins ou plus qu’il n’en faut.

Question 4 : Est-ce que je vais rater mon cursus de droit ou ma carrière juridique si je manque l’examen du galop d’essai ?

Non, le galop d’essai en droit n’est pas un concours comme l’examen du CRFPA pour l’admission au barreau. Il n’est qu’un simple examen de préparation et contrôle des connaissances de l’étudiant avant les partiels de fin de semestre. Il n’y a donc aucune raison de se stresser plus que de raison.

Ce qui est essentiel, c’est de rester zen en abordant le galop d’essai en droit en gardant en tête que toute l’année académique ne se joue pas à ce niveau. Marquer des points lors des semis partiels est une bonne chose, mais dans le cas contraire, rien n’est perdu, car les autres compositions seront prises en compte pour améliorer les notes globales de l’année.

Question 5 : Le galop d’essai en droit est-il une récitation du cours ?

Certains étudiants pensent que le galop d’essai en droit est juste une simple épreuve de récitation où il leur est demandé de copier-coller simplement les cours et théories apprises.

Mais c’est une erreur, car pendant l’examen du galop d’essai en droit, il faut impérativement garder à l’esprit qu’il s’agit d’un véritable exercice de réflexion. Il est donc important de déterminer l’intérêt du sujet avant de se lancer.

Cela demande de faire usage de plusieurs compétences : La culture générale, la culture juridique, une recherche juridique antérieurement menée, l’actualité relative à un contentieux juridique, etc.

*** Afin d’approfondir votre culture juridique et à mieux retenir vos cours tout en vous divertissant, pensez à regarder et à suivre des séries d’avocat comme : Ally McBeal, American Crime Story : The People vs O.J. Simpson, How to get away with murder,… ***

Présentation des examens passés de galop d’essai en droit

Cette liste permet de faire ressortir une classification de dix sujets de galop d’essai en droit répartis par thématique, par domaine du droit et par type de sujet. Les sujets proviennent des examens qui ont été donnés aux étudiants en droit dans plusieurs universités (Université Paris Sorbonne, Institut supérieur du Droit, Université Panthéon Assas, etc.).

{"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}
>