L’examen du CRFPA (Centre Régional de Formation Professionnelle des Avocats) est un concours redouté par les étudiants en droit qui aspirent à exercer le métier d’avocat. Et pour cause, échouer le CRFPA est synonyme d’échec du cursus juridique pour de nombreux juristes qui avait tout misé sur ce concours d’avocat afin de réaliser leur ambition de toujours : défendre les intérêts de leurs futurs clients devant les Cours ainsi que devant les Tribunaux revêtus de la mythique robe d’avocat noir et blanche.

Ce qu’il faut savoir, c’est qu’il est possible d’accéder au CRFPA soit par une formation initiale, soit par une formation continue. La formation continue des avocats se fait dans l’un des IEJ (Institut d’Études Judiciaires) d’une faculté de sciences juridiques.

Pour passer l’examen du CRFPA, il faut avoir étudié avec succès le droit pendant au moins quatre années. Autrement dit, il faut être titulaire d’une maîtrise en droit (Bac +4) au minimum, sinon avoir fini une année de master en sciences juridiques. Mais il ne suffit pas que de la compétence académique, encore faudra-t-il se préparer convenablement avant de se lancer pour les examens du CRFPA et le réussir.

Ici, précisons que tous les mythes autour du CRFPA ne sont que de simples constructions négatives de l’esprit d’une partie des étudiants dont il ne faudra pas tenir compte. De façon plus claire : l’examen du CRFPA n’est pas infranchissable. Même si le taux d’admission est faible, plusieurs personnes le réussissent chaque année et parfois même du premier coup.

Dans cet article, nous allons vous apporter des conseils pratiques qui vous permettront de réussir le CRFPA et de poursuivre votre rêve de devenir avocat. Avant d’aborder les conseils pratiques pouvant permettre de réussir à l’examen du CRFPA, présentons d’abord cet examen particulier.

Prêt ? Go ! 🙂

Comment passer l’examen du CRFPA ?

Comme mentionné ci-dessus, sans passer l’examen du Centre Régional de Formation Professionnelle des Avocats (CRFPA), il n’est pas possible, sauf dans des cas très rares, de pouvoir exercer la profession d’avocat. Nous présenterons dans cette section le contexte de cet examen.

Présentation de l’examen du CRFPA

Comme vous le savez sûrement, pour suivre la formation professionnelle nécessaire à l’exercice de la profession d’avocat, il faut passer le CRFPA. Le concours a lieu une fois par année et chaque candidat a le devoir de s’inscrire le 31 décembre de l’année qui précède le concours auprès de l’université de son choix.

Il est alors nécessaire d’avoir un Master 1 en justifiant de l’obtention des 60 crédits liée au M1 ou alors de justifier d’un diplôme/ titre reconnu comme étant un équivalent.

Ce qu’il faut savoir, c’est que toute faculté de science juridique dispose d’un Institut d’Etudes Judiciaires (IEJ) qui dispense de façon facultative une formation pour les étudiants désireux de passer l’examen du CRFPA.

Pour réussir le CRFPA qui est composé d’épreuves écrites puis d’épreuves orales, il est obligatoire d’obtenir au minimum la note de 10/ 20 aux deux épreuves.

Pour ce qui concerne la formation même au CRFPA, elle se fait sur une période de dix-huit mois et s’achève par le CAPA. Rappelons que le CAPA se définit comme le Certificat d’Aptitude à la Profession d’Avocat. Les élèves admis au CAPA et qui sont prêts à respecter les règles de déontologie de ce corps de métier peuvent introduire une demande d’inscription au tableau de l’ordre du barreau de leur choix. Il leur est par ailleurs possible aussi d’affiner leur profil en se spécialisant. Ainsi, certains peuvent décider de passer le certificat d’aptitude à la profession de médiateur.

Mais avant d’arriver à ce niveau et de travailler dans les cabinets d’avocats les plus prestigieux de France, il est important de savoir déjà comment se déroule l’examen du CRFPA et comment le réussir.

Déroulement de l’examen du CRFPA

Il n’existe pas de grande différence entre les examens du CRFPA et ceux qui sont demandés aux étudiants qui choisissent de faire des études de droit à la fac. La seule petite nuance consiste en ce que l’examen du CRFPA est subdivisé en deux volets : des épreuves écrites et des preuves à l’oral.

Première partie de l’examen du CRFPA :

Il est question ici de l’épreuve d’admissibilité. À ce niveau, les étudiants n’auront à composer que des épreuves écrites. Deux d’entre elles sont communes à tous les candidats : il s’agit de l’épreuve de note de synthèse et celle en droit des obligations. Après ces épreuves écrites, les candidats composeront dans une matière de spécialité qu’ils auront eux-mêmes choisie (droit pénal, droit administratif, droit civil, droit international, droit fiscal, droit européen, droit social ou droit des affaires). Cette première phase se clôture par une épreuve de procédure en lien à la spécialité choisie.

Dans un intervalle de deux mois, les résultats aux épreuves d’admissibilité sont donnés par la commission nationale. Seuls les candidats ayant réussi à passer ce cap (avoir une note supérieure à 10 sur 20) ont la possibilité de continuer vers l’étape suivante.

Deuxième partie du concours du CRFPA :

À ce niveau, les candidats admis à la première phase sont de nouveaux invités pour passer des épreuves d’admission. Il s’agit à cette étape d’épreuves orales auxquelles les candidats seront soumis. Ces épreuves orales se décomposent en un grand oral qui dure quarante-cinq minutes et une épreuve linguistique dont le but est de déterminer le niveau de langue du candidat.

Le schéma ci-dessous résume les différentes épreuves composées lors de la première partie :

Les différentes épreuves du concours CRFPA

Rappelons, avant d’entamer les conseils pratiques pour réussir le CRFPA, que c’est un arrêté pris par trois ministres qui fixe le calendrier de l’examen du CRFPA. Il s’agit du ministre de la Justice, celui de l’Enseignement supérieur et du garde des Sceaux. Cet arrêté fixant le programme des examens est en principe disponible avant le mois de septembre de chaque année.

Comment préparer le CRFPA et le grand oral ?

Conseils préliminaires

Le tout premier conseil qu’il faut garder en tête est celui-ci : il n’est pas difficile de réussir l’examen du CRFPA et d’intégrer une des écoles d’avocats de France. Il suffit d’avoir la volonté de réussir, de réviser efficacement avec les bonnes méthodologies et stratégies pour enfin les appliquer.

Ensuite, il n’existe pas un schéma classique conduisant à la réussite aux examens du CRFPA. Une personne ayant suivi une formation initiale dans un Institut d’Études judiciaires avec un Master 1 peut bien entendu réussir son examen du CRFPA, aussi bien qu’une personne disposant d’une formation complète et du diplôme de Master 2.

Par ailleurs, ce ne sont pas forcément les meilleurs étudiants qui réussissent le CRFPA (ceux qui ont eu les meilleures notes durant les partiels de droit), mais ce sont ceux qui, une fois encore, mettent en place la bonne stratégie.

Les conseils qui suivront dans les prochains paragraphes sont destinés à aider les candidats désireux non seulement d’intégrer l’un des centres régionaux de formation professionnelle des avocats, mais aussi d’être comptés parmi les futurs avocats de France.

Bien choisir les matières de spécialité

Tout commence par le choix des matières de spécialisation lors des épreuves à l’examen du CRFPA. Il est impérieux de faire un choix qui vous donne un avantage certain au moment de l’examen.

En réalité, tous les candidats doivent composer avec deux matières communes au cours de l’examen du CRFPA. Il s’agit de l’épreuve du droit des obligations qui est composée des théories étudiées en droit des obligations depuis la première année (nous reviendrons plus tard sur le fait de savoir comment le candidat doit aborder les épreuves communes).

Ensuite vient l’épreuve de la note de synthèse à laquelle sont soumis tous ceux qui aspirent à devenir avocats et qui passent l’examen du CRFPA.

Néanmoins, puisque le choix est libre concernant les matières de spécialités, chaque candidat doit impérativement sélectionner avec soin ces matières de spécialité.

L’idée consiste ici pour vous de choisir les matières dont vous avez la plus grande maîtrise et celles avec lesquelles vous vous sentez le plus à l’aise pour composer. C’est de cette sélection que dépendra également la matière de procédure dans laquelle vous composerez.

Le tableau ci-dessous présente les matières de spécialité et celles de procédures qui y sont liées :

matières CRFPA

Cependant, même lorsque les matières sont connues, une question se pose aux candidats : Quelle est la meilleure stratégie à adopter au moment du choix des matières ? Deux possibilités existent :

  • Premièrement :

Certains candidats trouvent qu’il est plus judicieux de sélectionner des matières avec lesquelles ils ont fait leur spécialisation après une Licence en droit. Ainsi, un candidat ayant fait sa spécialisation en droit public avec à la clé un master en droit administratif va souvent plus pencher pour le droit administratif. De même, celui qui a obtenu un master en droit pénal va se diriger vers le choix du droit pénal comme épreuve de spécialité.

  • Ensuite :

L’autre stratégie consistera à choisir une matière qui semble plus facile plutôt que de se maintenir dans son domaine de prédilection.

Chacun de ces choix comporte un risque. En penchant pour les épreuves de leur spécialité, certains étudiants se compliquent la tâche alors qu’il existe (a priori) des matières moins compliquées.

De l’autre côté, en penchant pour des épreuves écrites réputées abordables, certains étudiants sélectionnent des matières dans lesquelles ils n’ont presque pas de connaissances solides.

En réalité, aucune des deux méthodes n’est mauvaise, le plus importante, c’est de ne sélectionner que les matières pour lesquelles vous avez une compétence avérée et avec lesquelles vous vous sentez à l’aise.

Autrement dit, il faut choisir une matière dans laquelle vous disposez de beaucoup d’atouts, peu importe qu’il s’agisse d’une matière de spécialité ou pas. Il est important de mettre toutes les cartes de son côté lorsqu’on va à un examen comme celui du CRFPA.

Mettre en place un planning pour ses révisions

Il n’est plus à démontrer que seul un travail permanent peut conduire le candidat à réussir son examen d’entrée au CRFPA. Mais à l’approche des examens, une préparation plus rigoureuse est nécessaire, surtout lorsqu’on passe le cap des deux derniers mois avant les épreuves écrites d’admissibilité.

Tout au long de ces deux mois, il est requis une organisation particulière en vue d’optimiser le reste du temps avant les examens. C’est justement pour cette raison qu’il est utile d’élaborer un planning de révisions.

Dans l’élaboration du planning, certains candidats attaquent à la fois les épreuves écrites d’admissibilité et les épreuves orales d’admission. Or il s’agit d’une stratégie qui peut se révéler parfois infructueuse. Tout d’abord, il faudra d’abord démontrer une aptitude à passer les épreuves d’admissibilité avant d’être convié aux épreuves d’admission. De plus, ces dernières sont moins difficiles que les épreuves d’admissibilité.

Il vaut mieux donc, dans son planning de préparation accorder une priorité aux épreuves d’admissibilité. Un autre avantage est qu’au moment des entrainements sur les épreuves écrites, certaines thématiques comme celles relatives aux droits et libertés fondamentales par exemple seront déjà étudiées.

La deuxième phase de révision (celle des oraux du CRFPA) sera donc plus rapide que la première puisqu’il s’agira de revoir ce qui a déjà été étudié lors de la première session de révision pour les épreuves écrites.

Pour ce qui concerne le planning lui-même, il doit couvrir tous les jours de la semaine et toutes les matières composées à l’écrit. Le candidat doit revoir les notions de cours, traiter au moins un cas pratique par jour (Lire : Notre guide complet pour réussir un cas pratique en droit), et répartir les plages horaires de sorte à couvrir aussi bien les épreuves communes que celles de spécialité.

Enfin pour des questions de visibilité, le planning du candidat doit être affiché à un endroit où il pourra y accéder à tout moment (comme dans une chambre par exemple ou une cuisine).

Utiliser de la méthode dans le travail

Réaliser des fiches de révision en droit

Pour justifier de l’aptitude à la profession d’avocat, il faut avoir un esprit de synthèse, c’est donc le moment parfait pour tout donner le jour du CRFPA. D’ailleurs, on ne peut pas faire des études judiciaires si l’on n’est pas en mesure de faire la synthèse de toute la masse de connaissance acquise dans chaque matière.

Il est encore plus indispensable de réaliser des fiches de droit pour les révisions lorsqu’on va à l’examen du CRFPA. Ces fiches de droit ne doivent contenir que l’essentiel, mettant de côté les détails qui peuvent faire perdre du temps. La seule précision à faire ici, c’est qu’il faut s’y prendre tôt pour réaliser des fiches de synthèse par matière parce que cela peut demander beaucoup de temps et d’énergie.

Efficacité et intelligence dans la préparation

Pour être comptés au nombre des élèves admissibles après les premières phases des examens du CRFPA, ce n’est pas la quantité de travail abattu qui comptera, mais la qualité des révisions effectuées. Il faut ainsi savoir comment répartir son temps et savoir par quelles parties du cours ou des cas pratiques commencer.

Multiplier les entrainements

Pour mieux s’en sortir à l’examen du CRFPA, il est important de faire le plus de pratique possible. Le but c’est de faciliter la maitrise des cours, ensuite de s’habituer à mener des réflexions qui vont servir au moment des compositions. En réalité, l’ensemble des épreuves de l’examen requiert des aptitudes qu’il faut développer tout au long de son cursus universitaire en droit.

Par ailleurs, lors des entrainements, il faut se placer en situation d’examen : la même amplitude horaire pour chaque épreuve d’examen, les mêmes soins et applications dans les réponses…

Mais il faut aussi le rappeler : pour que les entrainements soient efficaces, il faut que le candidat maitrise d’abord ses cours. Dans le cas contraire, les entrainements lors des révisions ne seront pas suffisants pour réussir le concours du CRFPA.

*** Par ailleurs, afin de renforcer vos chances de réussite, « Téléchargez notre Ebook offert : Guide spécial pour les étudiants en droit ». Nous vous livrons dans cet Ebook 17 conseils éprouvés pour réussir ses études de droit facilement ! ***

Bien choisir son groupe d’étude

Pour passer l’examen d’entrée au CRFPA, il faut se préparer seul, mais il est important aussi de s’entourer des bonnes personnes avec qui on peut former un groupe de révision efficace.

Même si le groupe ne se rencontre pas tous les jours pour étudier ensemble, appartenir à un groupe de travail ou rejoindre une communauté en ligne comme la communauté des étudiants de Partiels-droit pour préparer le concours boost la motivation et de surcroit les chances de réussites. Il est ainsi recommandé de s’entourer de candidats juristes les plus motivés à réussir, les plus travailleurs, qui restent positifs et qui sont décidés à réussir tout comme vous leur examen.

Prendre soin de soi

L’examen du CRFPA, même s’il peut être éprouvant, il n’est pas insurmontable pour autant. Par ailleurs, il ne faut surtout pas s’abandonner, négliger son hygiène de vie et vivre comme un ermite durant cette période de révisions intenses.

En réalité, même si vous n’arrivez pas à voir le lien direct entre ce conseil et l’examen, il faut retenir que c’est seulement en adoptant une bonne hygiène de vie que vous maximiserez vos chances de décrocher l’examen d’admission au CRFPA.

En effet, les habitudes les plus saines à avoir sont entre autres : prendre un repas sain et équilibré, s’exercer à une pratique régulière d’une activité sportive, prendre le temps de se reposer et dormir selon des plages horaires qui sont régulières elles aussi.

Par ailleurs, il n’est pas recommandé de travailler des heures et des heures d’affilée sans repos. Ainsi, il est important de prendre des pauses régulièrement en vue de mieux assimiler les notions déjà apprises et de maitriser vos émotions.

CRFPA : Le mot de la fin

Avant de porter le titre d’avocat inscrit au barreau et de rentrer dans l’exercice de la profession, le chemin de tout élève en droit inscrit au concours passera par l’admission à l’examen du CRFPA. Il s’agit d’un des examens qui exigent le plus de détermination et d’un travail rigoureux.

C’est d’ailleurs ce concours qui conditionne le début de la formation professionnelle des futurs avocats. Mais cet examen n’est pas insurmontable à réussir pour autant. Il suffit de se préparer méthodiquement en gardant en tête un seul objectif : tout donner pour obtenir le CRFPA et devenir un avocat accompli.

>