la Cour de cassation casse et annule

La Cour de cassation casse et annule les arrêts ayant fait l’objet d'un pourvoi en cassation devant elle en tant que juridiction suprême de l’ordre judiciaire. En effet, les arrêts ou les jugements non conformes au droit sont cassés et annulés par les magistrats qui siègent auprès de la Cour de cassation. On dit que les juges de la Cour de cassation sont des juges du droit et non du fond.

La Cour de cassation casse et annule les arrêts et les jugements rendus en dernier ressort

La Cour de cassation est la plus haute juridiction de l’organisation judiciaire de France avec le Conseil d’État. Elle siège à Paris. Selon les circonstances, elle rend deux types d’arrêts : des arrêts de rejet et des arrêts de cassation.

La Cour de cassation : Un organe qui casse et annule les décisions

La Cour de cassation est saisie par une voie de recours appelée « pourvoi en cassation » qui existe dans le domaine pénal, civil, commercial et social. En effet, la Cour comporte différentes chambres spécialisées.

La Cour de cassation est saisie par un requérant appelé le pourvoyeur en cassation. Elle statue sur la légalité des décisions juridictionnelles rendues en dernier ressort (arrêt de la Cour d’appel ou jugement rendu en dernier ressort).

Pour dire les choses simplement ; si la Cour est d’accord avec le requérant alors elle annule la décision rendue par la juridiction de rang inférieure et rend un arrêt de cassation. Dans le cas contraire, celle-ci rend un arrêt de rejet.

La Cour de cassation rejette le pourvoi

La Cour de cassation rend un arrêt de rejet dès lors que le pourvoi est irrecevable ou mal fondé. En effet, dans cette situation, elle estime que les juges du fond n’ont pas violé la règle de droit. Ainsi, elle décide qu’ils ont rendu une décision conforme à la loi.

Elle est en d’autres termes, d’accord avec la décision rendue par les juridictions de fond. À l’issue de cette décision de rejet, la décision attaquée est revêtue de l’autorité de la chose jugée puisqu’elle n’est plus susceptible de voie de recours et doit être exécutée. Il convient de préciser ici que les voies de recours contre la décision de rejet n’existent pas.

La Cour de cassation casse et annule les décisions selon plusieurs modalités

L’arrêt de la Cour de cassation peut être rendu avec ou sans renvoi et la cassation partielle ou totale.

La cassation avec et sans renvoi

Dans la situation de la cassation avec renvoi, le principe est le suivant :

Selon le Code de l’organisation judiciaire en son article L.431-4, la cassation doit être en principe avec renvoi devant une autre juridiction de même nature que celle dont la décision juridictionnelle provient ; ou alors devant la même juridiction, mais autrement composée. Cette juridiction de renvoi est une Cour d’appel.

La juridiction de renvoi est ensuite saisie par les parties au litige à travers une déclaration déposée au greffe de cette juridiction. En effet, la saisine n’est pas automatique. Un délai de quatre mois est imparti aux parties pour saisir cette juridiction, et ce, à partir de la signification ou de la notification de l’arrêt de cassation.

Le renvoi a pour conséquence de refaire juger l’affaire devant la Cour d’appel en fait et en droit. Cette Cour a le choix entre suivre le raisonnement de la Cour de cassation ou résister.

Dans ce dernier cas, le justiciable va de nouveau former un pourvoi en cassation et c’est l’assemblée plénière de la Cour de cassation qui va statuer et renvoyer l’affaire de nouveau devant une autre juridiction avec d’autres magistrats. La décision rendue par la Cour d’appel de renvoi doit se conformer à la décision de l’assemblée plénière.

La cassation sans renvoi

La Cour de cassation a la faculté de casser et d’annuler une décision sans renvoyer l’affaire devant une autre juridiction dans un souci de bonne administration de la justice. Il s’agit du cas où les juges du fond ne sont pas compétents pour connaître du litige ou des cas où la Cour dispose déjà de tous les éléments nécessaires pour appliquer les règles de droit appropriées.

Il convient de préciser ici qu’en matière civile, la Cour est compétente pour régler elle-même l’affaire et rend dans ce cas, une décision au fond à l’instar des juges du fond.

La cassation partielle ou totale

Le juge de cassation casse et annule partiellement ou totalement une décision en matière civile et en matière pénale (article 612-1 du Code de procédure pénale).

Il faut remarquer que la peine du condamné qui ne s’est pas pourvu en cassation ne peut être aggravée par l’extension des effets de la cassation aux parties en matière pénale.

Les conditions nécessaires pour que la Cour de cassation casse et annule une décision

La Cour de cassation ne peut casser et annuler une décision que sur la base (les fondements) de plusieurs conditions.

La nature de la décision pouvant être cassée et annulée

La Cour de cassation ne casse et annule qu’une décision rendue en dernier ressort. Il s’agit soit d’un arrêt de la Cour d’appel, soit d’un jugement rendu par un tribunal de première instance rendu en premier et dernier ressort.

En réalité, les litiges dont la valeur n’excède pas 4 000 euros sont jugés en premier et dernier ressort à cause de leur faible montant. Ces décisions ne peuvent donc plus faire l’objet de voies de recours ordinaires.

Les cas d’ouvertures du pourvoi en cassation ou les moyens de cassation

D’abord, la Cour de cassation casse et annule les décisions qui sont rendues en violation des conditions de forme (notamment l’absence ou la contrariété de motifs dans les arrêts rendus entre les mêmes parties par les mêmes cours et tribunaux).

En outre, le juge qui a statué sans base légale peut voir sa décision être cassée. Par ailleurs, il est tout à fait possible que le juge statue également sur les choses non demandées. En effet, le juge ne doit pas statuer extra petita.

De surcroît, la Cour de cassation casse les jugements qui ne respectent pas les formes requises par la loi. Il en est de même lorsque la loi exige que les jugements soient communiqués au ministère public ou s’il y a incompétence du juge.

La Cour de cassation casse et annule enfin, les décisions qui ont été rendues en violation de la loi. La violation de la loi concerne l’excès de pouvoir et la violation de l’autorité de la chose jugée. Si le principe du contradictoire n’a pas été respecté, la décision rendue en dernier ressort doit être également cassée et annulée.

Les effets de la formule « casse et annule »

La cassation et l’annulation d’une décision engendrent des effets différents selon le domaine concerné.

En matière civile, la cassation anéantit l’autorité de la chose jugée du jugement ou l’arrêt attaqué au pourvoi. Selon l’article 625 du Code de procédure civile, la cassation entraîne également l’annulation de toute décision qui suit les décisions cassées.

Ainsi, s’il y a lieu, des restitutions doivent se faire pour revenir au statu quo ante. Cette annulation devra profiter au demandeur. Toutefois, elle ne peut nuire au défendeur.

La décision de cassation avec renvoi investit la juridiction de renvoi de la connaissance du litige dans son entièreté même si l’une des parties s’est désistée ou n’a pas été présente.

{"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}
>