Comment réussir le concours d’ingénieur territorial ?

L'administration publique propose de nombreux moyens pour recruter son personnel. Ainsi, il est possible d’accéder au poste d’ingénieur territorial par voie de concours, par voie de recrutement direct ou de contrat. Les concours de la fonction publique sont, comme le précisent les principes constitutionnels, accessibles à tous, sous réserve de se conformer aux conditions d'accès prévues par les lois.

Ce qu’il faut savoir, c’est qu’on distingue trois catégories de fonction publique : l'État, les services hospitaliers et les collectivités territoriales. Le recrutement des personnels diffère ainsi selon la catégorie de la fonction publique.

Si pour les concours de la fonction publique de l'État et des services hospitaliers, les concours aboutissent généralement à l'attribution d'un poste effectif, il n'en est pas de même pour la fonction publique territoriale qui, pour la majorité des concours organisés en son sein, ne débouche pour le lauréat qu'à son inscription sur une liste d'aptitude de valeur nationale.

L'inscription à cette dernière lui confère la possibilité de postuler aux offres d'emplois publiées par les collectivités territoriales sous réserve qu'ils entrent dans la catégorie des fonctions que lui permet d'exercer son cadre d'emploi. Par conséquent, l'ingénieur territorial étant un cadre d'emploi de la fonction publique territoriale, réussir au concours d’ingénieur territorial signifie seulement une première étape pour accéder au poste définitif.

En outre, comme tout concours de la fonction publique, le concours d’ingénieur territorial est classé dans une catégorie statutaire prédéfinie par la loi. Il existe en tout, dans les trois types de la fonction publique, trois catégories : A, B et C. Ces derniers correspondent aux niveaux hiérarchiques des fonctionnaires et permettent la fixation de leur rémunération. Par voie de concours, ils sont généralement rattachés à un diplôme.

L'ingénieur territorial est classé dans la catégorie A ; il s'agit en l'occurrence d'un statut qui permet à ceux titularisés comme tel d'exercer des fonctions de direction, d'encadrement ou toute fonction technique de l'administration. Plus précisément, un ingénieur territorial est chargé des missions relatives à la gestion d'un service technique ou d'une partie de ce service ou d'une section qui relèverait de plusieurs services techniques à la fois.

Par ailleurs, si les fonctions de catégorie A représentent plus de 50 % des fonctionnaires de l'administration publique tout entière, il est toutefois à noter que pour la fonction publique territoriale, le pourcentage des admis ne s'élève qu'à 10 % de ce chiffre. Ce constat nous permet de dire que pour réussir au concours d’ingénieur territorial, l'application à elle seule ne suffit pas, il faut avant tout connaître les modalités du concours, puis le détail du concours avant de finalement s'intéresser au recrutement.

Les modalités du concours d’ingénieur territorial

Concourir à la fonction publique signifie, avant tout, remplir les conditions d'accès au concours en question. En l'occurrence, pour le concours d’ingénieur territorial, ces conditions sont fixées par le Décret n° 2016-206 du 26 février 2016.

Cependant, il est nécessaire de rappeler toutes les conditions aux concours de la fonction publique avant de voir que les conditions de concours vont différencier selon que l'on candidate en externe ou en interne.

Les conditions d'accès aux concours de la fonction publique sont :

  • Être de nationalité française ou être un ressortissant européen,
  • Avoir le niveau de diplôme bac pour le concours
  • Jouir des droits civiques et n'être que l'objet de condamnation qui serait incompatible avec la fonction objet du concours
  • Avoir l'âge requis qui est plus de 16 ans
  • Être apte physiquement pour la fonction publique à exercer

Les conditions d'accès au concours d’ingénieur territorial externe

Le concours externe représente sans doute la voie la plus prisée pour entrer dans la fonction publique. En effet, accessible à tous ceux qui ont le diplôme exigé, c'est-à-dire le diplôme équivalent de la catégorie du concours et ceux qui s'alignent aux conditions énumérées en haut. D’ailleurs, le concours d’ingénieur territorial en externe est ouvert pour au moins 75 % des postes à pourvoir.

Peuvent concourir les candidats titulaires :

  • D’un diplôme d’architecte ou d’ingénieur
  • De tout autre diplôme scientifique ou technique reconnu comme équivalent et qui doit au moins avoir été obtenu suite à une formation de 5 ans minimum dans l’une des spécialités avisées au concours

À défaut de diplôme, le concours est également ouvert :

  • Aux pères et mères de famille d’au moins trois enfants et dont il est prouvé qu’ils les ont effectivement élevés
  • Les sportifs de haut niveau qui doivent obligatoirement figurer sur la liste publiée à l’année du concours par le Ministre chargé des sports

Les conditions d’accès au concours d’ingénieur territorial interne

L’administration interne de la fonction publique permet à son personnel de monter en grade ou en échelon par voie de concours. La seule condition étant une certaine ancienneté dans l’exercice des missions de la fonction publique. Dans le cadre du concours d’ingénieur territorial, cette voie n’est ouverte que pour 25 % des postes à pourvoir.

Selon les dispositions des textes réglementaires des concours, peuvent concourir en interne :

  • Tout fonctionnaire ou agent public justifiant d’au moins quatre ans d’ancienneté auprès des services publics de l’Etat ou des services hospitaliers ou encore des collectivités territoriales
  • Tout militaire ou agent ayant effectué leur fonction auprès des organisations internationales intergouvernementales
  • Les candidats justifiant de quatre ans de service auprès d’un établissement public ou un organisme d’un Etat membre de la communauté européenne ou d’un Etat parti à l’accord sur l’espace économique européen

À noter que les quatre ans de services sont, que ce soit pour les candidats de nationalité française ou ceux ressortissants de pays européens, comptés avant la clôture des inscriptions, c’est-à-dire à la date du 1er janvier de l’année de l’organisation du concours.

Le détail du concours d’ingénieur territorial

Le candidat doit notamment au moment de son inscription au concours choisir sur les spécialités et les options suivantes : 

  1. Informatique et système d’information
    • Réseaux et télécommunications
    • Système d’information et de communication
    • Système d’information géographique et topographie
  2. Infrastructures et réseaux
    • Déplacements et transports
    • Voiries et les réseaux divers
  3. Ingénierie, gestion technique et architecture
    • Logistique et maintenance
    • Centre techniques
    • Construction et bâtiment
  4. Urbanisme, aménagement et paysage
    • Urbanisme, paysages et espaces verts
  5. Prévention et gestion des risques
    • Hygiène, qualité de l’eau et laboratoire
    • Déchets et assainissement
    • Sécurité et prévention des risques
    • Sécurité au travail

En outre, comme tout concours de la fonction publique territoriale, le concours d’ingénieur territorial est organisé par les centres de gestion de la fonction publique territoriale et les épreuves consistent en des épreuves d’admissibilité et des épreuves d’admission pour les deux voies de concours.

Les épreuves du concours d’ingénieur territorial externe

Une épreuve d’admissibilité

Cette épreuve consiste en la rédaction d’une note à partir de l’analyse d’un dossier qui porte sur le contexte économique, juridique ou technique de l’une des spécialités que le candidat a choisi au moment de son inscription. Il s’agit ici d’évaluer son aptitude à exercer les fonctions demandées et attendues de par son statut d’ingénieur territorial.

L’épreuve est notée sur coefficient 5 et dure 5 heures.

Une épreuve d’admission

Il s’agit d’un entretien qui va consister à évaluer les aptitudes et les motivations des candidats à exercer les missions d’ingénieur territorial.

Dans un premier temps, il lui sera posé des questions relatives à l’option choisie lors de l’inscription au concours, puis, dans un second temps, d’apprécier ses capacités d’intégrations dans un nouvel environnement professionnel et ses capacités d’encadrement et de résolution des problèmes techniques liés aux fonctions d’ingénieur territorial.

L’entretien dure 40 min et noter sur coefficient 5.

Une épreuve d’admission facultative

Il s’agit d’une épreuve orale qui porte sur une langue vivante étrangère. Le candidat, au moment de l’inscription au concours, doit faire un choix sur : anglais, espagnol, arabe moderne, allemand, grec moderne, italien, portugais, le russe et le néerlandais.

Cette épreuve consiste en une traduction d’un texte sur l’une des langues susmentionnées (sans l’emploi du dictionnaire) suivie d’une conversation. Elle est notée sur coefficient 1 et n’est prise en compte que si la moyenne est atteinte.

Les épreuves du concours d’ingénieur territorial interne

Les épreuves d’admissibilité

Le concours en interne passe par :

  • Une épreuve écrite de mathématiques appliquées et de physique appliquée. Elle dure quatre heures et est notée sur coefficient 3
  • La rédaction d’une note à partir d’un dossier portant sur l’option choisie par le candidat au moment de son inscription. Elle dure quatre heures et est notée sur coefficient 3
  • L’établissement d’un projet ou d’une étude portant sur la spécialité choisie au moment de l’inscription au concours. Cette épreuve dure 8 heures et est notée sur coefficient 7.

Une épreuve d’admission

Il s’agit d’un entretien qui va consister à évaluer les expériences professionnelles et les motivations des candidats à exercer les missions d’ingénieur territorial.

Les questions à ces entretiens vont notamment porter sur les options choisies et sur les capacités d’intégration, d’encadrement et de résolution de problèmes techniques liés aux fonctions d’ingénieur territorial.

Une épreuve d’admission facultative

Il s’agit d’une épreuve orale qui porte sur une langue vivante étrangère. Le candidat, au moment de l’inscription au concours, doit faire un choix sur : anglais, espagnol, arabe moderne, allemand, grec moderne, italien, portugais, le russe et le néerlandais.

Cette épreuve consiste en une traduction d’un texte sur l’une des langues susmentionnées (sans l’emploi du dictionnaire) suivie d’une conversation. Elle est notée sur coefficient 1 et n’est prise en compte que si la moyenne est atteinte.

Le recrutement d’ingénieur territorial

L’inscription et la liste d’aptitude à la titularisation

L’inscription à la liste d’aptitude

L’ingénieur territorial est un cadre d’emploi de la fonction publique territoriale. Son recrutement obéit ainsi aux règles de recrutement de la fonction publique territoriale qui à l’issue du concours débouchera sur l’inscription des noms des lauréats à une liste d’aptitude de valeur nationale.

Cette liste est arrêtée par le président du jury et mentionne, après autorisation expresse de la part des lauréats, leurs coordonnées personnelles. Cette liste ne vaut donc pas un recrutement, mais ouvre seulement la possibilité aux lauréats de postuler sur les offres d’emploi des collectivités territoriales : départements, communes, établissements publics ou encore régions.

Par ailleurs, l’inscription à la liste d’aptitude d’accès au grade d’ingénieur territorial n’est valide que pour une durée de quatre ans à compter de son inscription initiale. Toutefois, devra faire une demande auprès du centre de gestion, le lauréat qui n’aurait pas été nommé stagiaire pendant les deux premières années de son inscription à la liste d’aptitude.

De la nomination à la titularisation

À l'issue d’un recrutement par une collectivité territoriale, le lauréat est nommé stagiaire pour une durée d’un an. Cette nomination est laissée à l’autorité investie de ce pouvoir. À noter également qu’au cours du stage auprès des collectivités territoriales, la formation statutaire des fonctionnaires territoriaux passe par une formation d’intégration de 10 jours.

Les tenants et les aboutissants de cette formation sont, dans le cadre du statut d’ingénieur territorial, prévus par le Décret n° 2008-512 du 29 mai 2008.

Ce n’est qu’à l'issue du stage et de la formation que l’agent aura vocation à être titularisé par décision de l’autorité compétente. En l’occurrence, qui dit fonction publique territoriale, dit autorité territoriale.

Par ailleurs, vous pouvez aussi consulter notre guide qui concerne : Comment réussir le concours de rédacteur territorial ? Découvrez sur ce guide : La présentation du concours de rédacteur territorial, le concours de rédacteur territorial interne, le concours de rédacteur territorial externe, ainsi que le détail, l’organisation, les épreuves, le recrutement, et différents métiers et salaire du rédacteur territorial.

L’évolution et la rémunération de carrière de l’ingénieur territorial

Les agents publics et les fonctionnaires peuvent, au cours de leur service, prétendre à un avancement de grade. Selon les dispositions statutaires réglementaires, le cadre d’emploi d’ingénieur territorial comprend en tout trois grades :

  • Ingénieur
  • Ingénieur principal
  • Ingénieur hors classe

Les promotions internes sont prévues dans les situations suivantes :

  • Pour obtenir le grade d’ingénieur principal, il faut au moins avoir atteint le 5ème échelon de grade d’ingénieur et justifier d’une ancienneté de 6 ans au plus tard du 31 décembre de l’année au titre de laquelle le tableau d’avancement sera établi.
  • Pour obtenir le grade d’ingénieur hors classe, il faut au moins avoir atteint le 6ème du grade d’ingénieur principal et justifié soit de huit années de détachement sur un ou plusieurs emplois culminant au moins à l’indice brut 966, soit de six années de détachement sans un ou plusieurs emplois culminant au moins à l’indice brut 1015. La période du détachement étant comptée durant les douze années qui précèdent la date de l’établissement du tableau d’avancement.

La rémunération de l’ingénieur territorial

La rémunération des agents publics et des fonctionnaires est régie par un statut légal et se fait à partir d’une grille indiciaire. Il en va de même pour le cadre d’emploi de l’ingénieur territorial. La grille indiciaire de salaire de l’ingénieur territorial est établie par le Décret n° 2016-203 du 26 février 2016 portant échelonnement indiciaire aux ingénieurs territoriaux.

Par ailleurs, selon cette même grille indiciaire, le salaire brut des ingénieurs territoriaux diffère selon le grade :

  • Ingénieur qui regroupe 10 échelons
  • Ingénieur principal qui regroupe 8 échelons
  • Ingénieur hors classe qui regroupe 5 échelons

Les fonctions d’ingénieur territorial concernent, dans la majorité des cas, des services proches et fréquemment utilisés par les usagers. De la communication, de l’hygiène aux voiries et bien d'autres, leur activité est au cœur d’un service public prospère. Par conséquent, il apparaît normal que le concours soit exigeant et qu’il soit en grande partie ouvert aux candidatures externes. En effet, ce sont les candidats qui démontrent par leur diplôme et par leur formation qui sont le plus à même d’exercer dans des situations qui exigent rigueur et technique.

Voir aussi : Comment préparer le concours d’adjoint administratif territorial ? Ce guide vous permet de comprendre tout ce qu’il faut savoir sur le concours d’adjoint administratif territorial dont : la présentation de ce concours, son déroulement, son détail complet, le recrutement d’adjoint administratif territorial, ainsi que son évolution et sa rémunération.

{"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}
>